J'arrive !

Tain & le château de contes de fée, Dunrobin

5 septembre 2016
Non classé
Sep 5th, 2016

Voici l’avant-dernier post de mon périple écossais de septembre 2015  (mais j’y suis retourné en mai… et j’y retourne un mois pour le travail en octobre… Et un jour, je ne reviendrais jamais, of grand jamais, en France… mais vous le saviez déjà, n’est-ce pas? ;D )

Après Tongue, tout ce qu’il nous restait, c’était de retourner sur Edimbourg. Honnêtement, rouler en voiture pendant des heures peut être vraiment fatiguant et nous a tellement épuisé lors du premier voyage… que nous avons décidé de faire le retour tranquillement en plusieurs étapes … Premier stop: Tain.

C’est une ville charmante, bien plus ancienne que l’on ne le pensait avant d’y mettre les pieds…  avec une ancienne église dont je suis tombée amoureuse des vitraux qui ornaient l’entrée… Et, au moment de notre arrivée à l’hotel, nous avons eu l’agréable surprise d’être surclassé dans la plus belle suite de l’hôtel, au lieu de la chambre la moins chère que l’on avait réservée à la base…  Le restaurant ainsi que le pub de l’hotel était plus que satisfaisant…. Je conseille donc vivement le Royal Tain Hotel!

A l’hôtel, ils nous ont conseillé de faire un arrêt à Dunrobin castle et d’assister au spectacle des Rapaces… Nous y sommes allés… et on a vu (et vaincus ;D) ! Quelle surprise ! Moi qui m’attendais à château 100% écossais… et j’ai cru un instant être encore en France ! Un château bien de chez « nous », à n’en pas douter. Il m’a tout de suite fait penser aux châteaux de la Loire, notamment celui d’Azay-le-rideau. Un château digne de contes de fées… Je pouvais y voir une Belle désespérée, tenter une fuite avortée loin d’une monstrueuse (adorable) bête (hum, Prince Charmant).

Et à propos de cette chouette… cette si adorable chouette (enfin je pense que c’est plutôt un Grand Duc, mais je n’y connais rien, pardon…) Elle a été trouvée blessée par son propriétaire qui l’a recueillie et soignée… et elle n’a jamais voulu le quitter ! Elle était le seul oiseau à n’être jamais  systématiquement attachée, car dans tous les cas, elle revenait d’elle-même vers son ami humain…

En tant que végétarienne, j’ai eu un problème éthique à aller voir le spectacle. Mais lorsque que j’ai appris que tous les oiseaux étaient dans un programme de reproduction et de repopulation de la faune sauvage locale. C’est le genre de projet que je soutiens. Nous avons en tant qu’humains fait tant de mal à notre planète… qu’il me parait logique et nécessaire de réparer le mal que l’on fait…

Prochain arrêt de notre voyage:

….

dans la prochain post 😉

A bientôt !

Scotland 2015 Part one

Scotland 2015 part two

Scotland 2015 part three

Scotland 2015 part Four

Scotland part Five

September 2014 Part one

Votre Commentaire