J'arrive !

Répétition générale du ballet Preljocaj au Grand Théâtre de Provence

3 mai 2017
Non classé
Mai 3rd, 2017

Mardi 2 mai j’ai pu découvrir en avant-première à la répétition générale de Soirée de duos du Ballet de Preljocaj avec ma belle-mère. Autant vous annoncer tout de suite que je suis une grande admiratrice de danse en général, et qu’il se trouve que je rêvais depuis longtemps de découvrir ce ballet sur scène. Bref : merci au Grand Théâtre de Provence pour cette belle invitation !

J’ai été ébahie par ce ballet. Je dois avouer qu’au tout début, j’étais un peu perdue. Il faut dire que j’ai l’habitude des ballets classiques. Après une première danse en groupe tout en en grâce et en harmonie, les danseuses se mouvant comme un seul corps, il y eut un solo qui m’a personnellement troublée. Le jeu de lumière, entre ombre et nuances orangées était superbe et la manière dont la danseuse ondulait son corps m’a impressionnée. Son dos semblait se déformer, j’ai même cru un instant qu’elle n’avait plus de bras… C’était monstrueux, étrange et magnifique à la fois ! Vraiment troublant… J’avoue avoir été marquée par ce solo. Très vite, je me suis habituée et je me suis laissée emportée !

Les duos se sont enchainés pendant une heure et demi sans que je m’ennuie une seule fois. J’ai même été surprise lorsque j’ai pris conscience que c’était déjà la fin. Le spectacle est varié, enrichi par une musique et des bruitages mélodieux. Les jeux de lumières étaient vraiment superbes aussi, toujours mettant en valeur les costumes et les corps des danseurs.

Je vous épargne les détails quant à mes autres duos coup de cœurs : je pense que malheureusement que les mots ne pourront illustrer convenablement ce ballet, et puis, je risquerai de vous « gâcher » la surprise ! Je vous invite à le voir au Grand Théâtre de Provence.  Il reste encore des places pour les représentations de jeudi et vendredi ! Malgré ma préférence pour le classique, j’ai été envoutée par les danseurs du ballet Preljocaj. Un grand merci au Grand Théâtre de Provence !

 

Votre Commentaire