J'arrive !

Kera Bijouterie

26 juillet 2016
Non classé
Juil 26th, 2016

Delphine, joaillière-bijoutière passionnée d’art et d’artisanat, est la créatrice qui se cache sous le nom de Kera Bijouterie . Après avoir obtenu son diplôme en 2014 de l’école BJOP (Paris, rue du Louvre), elle a travaillé pour différentes bijouteries avant de décider de se lancer à son compte, d’où le lancement de ce financement participatif afin de financer les premiers pas de son atelier. Revenons un peu sur le parcours de cette jeune créatrice plein de promesses.

Diadème crée par Kera Bijouterie. Elle est également la modèle de cette photo.

Delphine, créatrice passionnée, s’épanouie dans de nombreuses activités artistiques depuis petite fille. Bien qu’elle ait toujours aimé les bijoux « et portés des bagues à chaque doigt », devenir joaillière-bijoutière ne s’est pourtant pas avéré être son rêve d’enfance ni une évidence. De part son arrière grand-mère pianiste, elle apprend le piano 5 années durant dont trois en conservatoire. Bien que qu’elle ait de nombreuses passions, une fois le bac en poche elle ne sait que faire. Elle s’inscrit en cinéma à l’université, et malgré l’intérêt qu’elle porte au sujet elle réalise que la fac « ce n’est pas pour elle » et pour cause ce qu’elle aime « c’est la technique, le manuel » : les longues heures de théories ne sont donc pas faites pour elle.

Pendant ces années d’incertitudes, elle virevolte dans différents 13839690_10209810753803028_759348209_omilieux artistiques, en devenant notamment modèle ce qui l’a « vraiment aidé à avoir confiance en elle » tous comme les cours de théâtre qu’elle prend pendant trois ans.  Elle envisage la photographie, la couture comme carrière : bien qu’elle ne sache pas exactement ce que qu’elle va faire, elle sait déjà que « seulement un métier manuel et créatif lui plairait. » La question, c’était donc « mais quoi ? ». Elle découvrit la réponse en allant visiter le CIO de sa ville. Après avoir dressé un portrait de la jeune fille, la conseillère sorti
plusieurs fiches métiers : tailleur de pierre et restaurateur, « pas mal… » et soudain l’illumination, le déclic tant attendu : Joaillière-bijoutière. Elle aime les bijoux depuis enfant. Elle en porte tout le temps. C’est donc ça qu’elle veut faire ! L’évidence était née et la passion de l’artisanat ne faisait alors, que commencer.

Ginko, une des contreparties disponible !

Elle s’est donc inscrite à l’école BJOP, en alternance dans une grande entreprise parisienne de perles de
culture qu’elle a « adoré, mais qui était en même temps très frustrant » car tout ce qu’elle voulait « c’était travailler le métal, et non trier les perles ». Heureusement, entre son établi personnel à son domicile suivis de deux ans d’expérience dans plusieurs entreprises après son diplôme, elle a pu s’entrainer et apprendre de nombreuses techniques. Cependant, elle n’est pas comblée : « c’était du travail répétitif, à faire les mêmes pièces, le plus rapidement possible, sans aucune créativité ». Hors, c’est exactement cela qui fait battre son cœur : laisser exprimer son imagination.

Ce qu’elle aime, c’est créer des pièces uniques, puisées dans ses inspirations. La Nature, avec un grand N, en est la principale, comme vous pouvez le voir avec cette très jolie feuille de Ginko, disponible dans une contrepartie de son projet kiss kiss. Son influence majeure, toutes les civilisations tribales : celtiques (les paysages du nord et leur 13839762_10209810829004908_1854303559_omusique), l’Asie, l’Afrique les amérindiens et leurs croyances si proches de la nature. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle « s’intéresse à la lithothérapie et à la signification des pierres ; et l’argent est d’ailleurs le métal le plus conducteur d’énergie ». Nombreuses influences qu’elle compte alimenter par le voyage : en Islande ou Ecosse, et aussi la Colombie, pays réputé pour leur travail de l’argent.

 

13662419_10209810822364742_416341757_o

Ce qui tombe très bien, car l’argent est le métal qu’elle apprécie le plus pour sa couleur et elle adore le travailler ; de plus elle « souhaite que ses créations restent accessibles aux plus petites bourses, ne pouvant pas investir dans l’or jaune ou blanc, mais cherchant de belles pièces qui ne font pas « fantaisistes ». (Je ne sais pas vous, mais moi, elle parle à mon cœur ainsi : j’aime les bijoux, je ne supporte pas le « toc » dont je fais des allergies monstrueuses.) Ses créations sont fines, raffinées et d’une
élégance, à mes yeux, exquises.

Autre l’aspect ethniques de ces très jolis bijoux, la créatrice attache beaucoup d’importance à l’aspect
éthique et écologique. « Les procédés nécessitent beaucoup d’acides » et elle « cherche constamment des alternatives plus proches du naturel possible. » Elle compte d’ailleurs créer des pièces incorporant des matières végétales comme du bois et « pourquoi pas du cuir végétal ».

N’hésitez pas à la contacter si vous avez un projet en tête : elle adore créer pour des clients uniques, personnaliser le bijou à leur image.

13833434_10209810752322991_801710098_o13844278_10209810753843029_162815656_o13838299_10209810714842054_1165798513_o

 

 


 

Petites informations supplémentaires :

Bijoutier: met en valeur le métal. Joaillier : met en valeur les pierres

Ecole BJOP

58 rue du Louvre Paris, Téléphone: 01 40 26 98 00, Site web: http://www.bjop-france.com/

Le projet : ICI

Il vous reste encore 6 jours pour soutenir ce très beau projet, déjà presque financé ! Manque quelques euros, beaucoup de partage et plein d’encouragement pour le voir se réaliser. On compte sur vous !J’ai à cœur d’aider les artisans et petits commerçants et je pense que vous connaissez mon obsession de la qualité. Cette créatrice est mon coup de cœur de l’année !!

 

13844112_10209810715162062_526837661_o

Votre Commentaire